Historique

Quinsins (Quintinus de) Quincins ou Cuynsins au XIIIème siècle; par la suite Cuinssins (encore cité au début du XVIIIème siècle) puis longtemps Coinssins, Coinssin plus rarement, et enfin Coinsins, dès le XVIIIème.

Déjà mentionné en 1212, le territoire de Coinsins était partagé entre la Coseigneurie d'Aubonne, l'Evêché de Genève, les Sires de Prangins et les couvents de Bonmont et de l'Oujon.

Le Château fut construit vers 1715 par Jean Louis de Portes, qui avait levé en 1701 un régiment, formé uniquement de protestants, au Service de la Sardaigne.

Il revint à Coinsins quelques années plus tard, avec le grade de Général.

Bornons-nous à citer, parmi d?autres, deux célèbres habitants du Château : Paul Moultou, exécuteur testamentaire de Rousseau, et Armand François Louis de Mestral, diplomate de renom et dernier Seigneur de Coinsins.

Décédée en 1993, Mme Alice Mary Toms, alors propriétaire du Château, légua tous ses biens ; c'est ainsi que l'Etat de Vaud hérita du Château (revendu par la suite) d'une importante et inestimable collection de tapisseries, ainsi que des vignes, acquises par la suite par notre Commune.

A la fin du XIXème siècle, les peintres Barthélemy Menn et Barthélemy Bodmer habitèrent parfois le village durant l?été.

Au Moyen-Âge existait une église dédiée à Saint-Pierre et patronnée par l'Evêché de Genève ; elle tomba en ruines peu après la Réforme. Vers 1550, Coinsins fut alors rattaché à la Paroisse de Nyon, puis dès la première moitié du XVIIème siècle à celle de Vich.

Près de la route de Trélex, des foyers préhistoriques, contenant des céramiques datant de la fin de l'Âge de Bronze, ont été découverts.

Des tombes burgondes ont été mises à jour sur la colline du Martheray. Relevons enfin la découverte de traces d?une ancienne verrerie, et plus récemment d'une défense de mammouth dans la région des Tattes.

D'azur à la bande d'or chargée d'un lézard de sinople

Il semble bien que les armoiries de Coinsins aient été inspirées de celles de la famille de Mestral, Seigneurs de Coinsins, durant près de deux siècles.